Le céleri (branche)

Sa saveur est douce, légèrement piquante et sa nature amère et fraîche.

Cette plante est utilisée depuis des millénaires pour ses propriété médicinales par les Grecs et les Romains principalement.

Listons-en ici quelques-unes :

  • Atténue l’hyperactivité fonctionnelle du foie et de l’estomac.
  • Utile pour les vertiges, les étourdissements, les yeux rouges.
  • C’est un des légumes le plus efficace pour lutter contre l’hypertension artérielle.
  • Selon certaines études il aide à faire baisser l’excès de cholestérol.
  • Agit contre la soif, les nausées et les vomissements.
  • C’est un diurétique, antiseptique des voies urinaires.
  • Certains nutritionnistes chinois le préconisent pour le diabète.
  • Il semble avoir un effet intéressant contre les bouffées de chaleur et le syndrome de la ménopause.

Le céleri en branche est hypocalorique et n’est pas très riche en nutriment. Il est surtout utile pour ses nombreuses propriétés médicinales.

On peut le consommer sous toutes formes, cru ou cuit. Il faut cependant faire attention en présence de selles molles ou de diarrhée.

Vincent.

La plupart de ces précieuses informations sont tirées du livre « Ces aliments qui nous soignent» de Philippe Sionneau et Josette Chapellet. Editions Guy Trédaniel.

Le melon

La saison des melons arrive !

C’est donc le moment idéal pour se rappeler ses intérêts nutritionnels, en plus de son goût délicieux et frais !

  • Le melon est bien évidement rafraîchissant, hydratant et désaltérant.
  • Il soulage donc la soif mais également la fièvre, l’inappétence ainsi que la sensation d’oppression dans la poitrine.
  • C’est un diurétique, il favorise donc la diurèse et peut soulager les infections urinaires
  • C’est le fruit de l’été et de la canicule par excellence grâce à sa haute teneur en eau (90%).
  • Il est excellent pour traiter le coup de chaleur chez les enfants.
  • Il favorise la disparition des petites inflammations cutanées apparaissant à cause des grosses chaleurs.
  • Malgré sa teneur relativement importante en sucre (de 6 à 14%), le melon possède un index glycérique peu élevé. Il est donc bien toléré par les diabétiques.
  • En médecine chinoise, les graines sont utilisées pour clarifier le poumon et dissoudre les mucosités.
  • Le melon est également un laxatif, sa consommation quotidienne permet de clarifier les selles.
  • Il contient peu de protides et de lipides, peu de fibres également.
  • Il est très riche en provitamine A (d’où sa couleur orangée), et en vitamine C.

Pour bien le choisir : il doit être lourd, bien parfumé, avoir 10 tranches délimitées par un filet de couleur tirant vers le vert bleuté.

Quelques précautions toutefois.

Comme la banane, il tend à accélérer le mûrissement des autres fruits, mettez-le donc loin des autres.
Evitez également de le consommer glacé ou accompagné d’une trop grande quantité de boissons afin de faciliter sa digestion.
Enfin, comme beaucoup de fruits, essayez de le consommer seul, en dehors des repas.

Voilà, pas de raisons de s’en priver donc !

Vincent.

La plupart de ces précieuses informations sont tirées du livre « Ces aliments qui nous soignent» de Philippe Sionneau et Josette Chapellet. Editions Guy Trédaniel.

Un jus de citron au réveil

Voilà un sujet assez à la mode : le jus de citron au levé du jour !

Tout d’abord, sachez que les jus de citrons son utilisés en Médecine Traditionnelle Chinoise depuis des millénaires pour harmoniser le système digestif. C’est donc considéré avant tout comme un médicament.

On pense souvent que sa saveur acide ne fasse des brulures d’estomac. A tort car à l’inverse de certains autres fruits le citron n’acidifie pas l’organisme, bien au contraire, il l’alcalinise. Et puis l’estomac étant tellement acide qu’à côté le jus du citron passe pour de la petite douceur crémeuse.

En fait, il facilite la digestion en stimulant la production d’acides digestifs.

Voici quelques-unes de ses propriétés :

  • minéralise l’organisme et purifie le sang.
  • tonique, anti-infectieux et antiseptique, diurétique.
  • forte teneur en acide citrique rapidement dégradée dès l’entrée en bouche et éliminée par les poumons sous forme d’acide carbonique, laissant ses sels minéraux alcalins dans l’organisme.
  • contient potassium, calcium et phosphore.
  • magnésium, fer, fluor et souffre, utile pour tout ce qui est pulmonaire.
  • a une très faible teneur en sucre.

On boit le jus à jeun, dilué dans un peu d’eau tiède et si possible, attendre 20 minutes avant de consommer autre chose afin de laisser le temps au jus de citron de travailler tranquillement.

Le jus de citron contient beaucoup de vitamine C et des anti-oxydants. Ces nutriments permettent d’embellir votre teint. Ils ralentissent le vieillissement cutané et diminuent le risque de boutons. De même la vitamine C permet de diminuer le risque de cernes.

La vitamine C a beaucoup d’autres effets positifs sur l’organisme. Elle donne de l’énergie et joue un rôle important dans le développement des dents et des os ainsi que dans la bonne santé des tissus sanguins et capillaires.

La vitamine C permet également de réduire le stress en diminuant la sécrétion de cortisone, une des hormones du stress.

Et pour finir, la vitamine C est également connue pour renforcer le système immunitaire, ce qui n’est pas un luxe par les temps qui courent.

Alors, allez-y, un jus de citron pressé tous les matin pour tout le monde !

Vincent.

La viande de boeuf

Sa saveur est douce et sa nature tiède.

Quels sont les intérêts nutritionnels et médicinaux de la viande de boeuf ?
En voici listé quelque-uns.

  • C’est un tonique digestif, pour la diarrhée, oedèmes, fatigue, douleur abdominale.
  • Elle apporte de la tonicité.
  • C’est un fortifiant osseux et ligamentaire.
  • C’est un excellent reconstituant-fortifiant général en cas de faiblesse du à une longue maladie ou un surmenage par exemple. Ou encore suite à une malnutrition.
  • Elle très intéressante en cas d’anémie (manque de globules rouges).
  • Peu de glucides mais beaucoup de protides.
  • Assez pauvre en vitamines, contient surtout des B.

Précautions

La viande de boeuf est déconseillée dans les cas suivants :

  • Fièvre
  • Hyper-cholestérol
  • Inflammation des reins
  • Urticaire ou eczéma.

Viandes blanches ou rouges ?

La viande rouge souffre d’un aprioris négatif, elle serait moins bonne pour la santé que les viandes blanches. Si on ne tient pas compte des récents problèmes de maladie lié à certains animaux, il s’agit là surtout d’un mythe.
La viande de boeuf est tout aussi intéressante sur le plan nutritionnel que la viande de poulet ou de dinde. Leur composition nutritionnelle ne comporte pas de grandes différences. Elles ont toute le défaut d’être trop riche en graisses saturées et en cholestérol.

Donc si vous n’avez pas pris le parti d’être végétarien il n’y a aucune raison de préférer l’une plutôt que l’autre.

Une autre raison du choix de viande peut être la consommation énergétique du à l’élevage mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Vincent.

La plupart de ces précieuses informations sont tirées du livre « Ces aliments qui nous soignent» de Philippe Sionneau et Josette Chapellet. Editions Guy Trédaniel.

Le lait de vache

Pour ou contre le lait de vache ? C’est un grand débat et on entend des avis dans tous les sens.

Je vous résume ici l’avis de Philippe Sionneau et Josette Chapellet tiré de leur livre « Ces aliments qui nous soignent», avis auquel j’adhère assez fort. Libre à chacun de se faire son opinion.

Tout d’abord, le lait de vache était très peu consommé en Chine mais plutôt utilisé comme médicament pour soutenir les personnes faibles ou les convalescents.

Composition

  • Le lait cru possède beaucoup d’eau et une bonne quantité de glucides, lipides et protides.
  • Les glucides sont essentiellement composés de lactose, particulièrement bien assimilés par le veau 🙂 et le nourrisson car ils possèdent une enzyme, la lactase qui permet de bien transformer et digérer ce sucre.
  • Les lipides sont constitués en grande majorité d’acides gras saturés. Les graisses du lait de vache ne sont pas de très bonne qualité.
  • En revanche il est assez pauvre en cholestérol pour un produit animal.
  • Grande quantité d’acides aminés mais pauvre en lysine ce qui fait que leur assimilation est assez médiocre pour l’être humain.
  • Possède peu de vitamines : un peu de A et B pas de C ni K.
  • Par contre possède assez bien de vitamine D.
  • Possède assez bien de calcium mais très peu de fer, magnésium, manganèse.
  • La densité des oligo-éléments n’est que de 1%, très faible donc par rapport aux fruits et légumes.

Intérêts nutritionnels

  • Très intéressant pour la constipation de la personne âgée.
  • Peut être utilisé dès qu’une personne souffre de sécheresse.

Précautions

Le lait est considéré comme un humidifiant. Cela peut être fort utile pour une personne souffrant de sécheresse (soif, bouche sèche, constipation, peau sèche) mais c’est un inconvénient en cas de troubles provoqués par l’humidité (eczéma suintant, oedème, diarrhée, rhumatismes) ou par des mucosités (rhinite, sinusite, bronchite, asthme). Dans ces cas il est fortement déconseillé.

L’objectif premier du lait de vache est de transformer le veau en boeuf. Il est donc constitué en grande quantités de substances favorisant la croissance du petit de la vache en hauteur mais surtout en largeur ! C’est donc un aliment qui fait grossir et pas seulement à cause des graisses. C’est probablement l’un des facteur ayant contribué à l’excès de poids dans nos sociétés occidentales. Il est donc déconseillé en cas de surpoids.

Ceci s’applique bien entendu pour tous les produits laitiers en général.

Les adultes ne génèrent pas assez d’enzymes permettant de digérer le lait correctement. L’intolérance au lait est la difficulté, voir l’incapacité à le digérer. Il devrait être réservé à l’enfant mais avec une consommation modérée et avec du lait de bonne qualité.

Le lait de vache ne doit pas être consommé avec des fruits acides (ananas, citrons, clémentines, pamplemousses) ce qui causerait sa coagulation et provoquerait une indigestion.

Certaines protéines contenues dans le lait sont la cause d’allergies alimentaires chez l’enfant mais aussi chez l’adulte. Elles peuvent provoquer eczéma, urticaire ou asthme.

Certaines personnes ont une intolérance au lait mais sans avoir d’allergie. Les symptômes sont le plus souvent digestifs. Cela est du à une déficience d’une enzyme digestive, la lactase, qui provoque une intolérance au lactose.

La vrai allergie au lait provient de la caséine et des protéines contenues dans le petit-lait (liquide qui se sépare du lait caillé). La caséine est souvent utilisée dans l’industrie alimentaire.

Alors, sain ou malsain ?

Dans le grand public il jouit d’une image extrêmement saine et positive. Riche en protéines et en calcium, bon pour la croissance des enfants. A l’inverse dans le milieu des médecines naturelles il est l’ennemi public numéro un.

Les premiers sont influencés par l’excès de publicités fait par l’industrie alimentaire, les deuxièmes exagèrent certains inconvénients du lait de vache.

Conclusion

C’est vrai que le lait est un allergène très commun, chez l’enfant comme chez l’adulte et est à l’origine de nombreuses intolérances alimentaires. Le sucre du lait est mal digéré par de nombreux adultes. Le lait industriel (pas que le lait d’ailleurs) étant souvent bourré d’hormones de croissances n’arrange rien à tout ça.

Consommez donc les produits laitiers modérément, surtout dans les cas listés ci-dessus.

Rien ne vous empêche d’en consommer si vous aimez ça, soyez toute fois conscients des risques et des effets possibles.

Et si, comme moi, vous n’aimez pas les produits laitiers il n’y a évidemment aucun problème à s’en passer ! 😄

Vincent.

La plupart de ces précieuses informations sont tirées du livre « Ces aliments qui nous soignent» de Philippe Sionneau et Josette Chapellet. Editions Guy Trédaniel.

L’oignon

Voilà bien un légume utilisé tous les jours ou presque.
Mais que connait-on de l’oignon ? Voici quelque-unes de ses propriétés.

  • Réduit les gaz intestinaux
  • C’est un digestif et un anti-diarrhéique
  • C’est un des aliment majeur pour les maladies cardio-vasculaires.
  • Ses composés sucrés (ceux-là même qui font pleurer et modifient l’haleine) s’opposent à l’élévation excessive de sucre dans le sang.
  • Certains médecins chinois conseillent l’oignon en cas d’infection pulmonaire.
  • L’oignon aide à la digestion des céréales et féculents.
  • Pour soulager les piqûres de guêpes ou d’insecte, frottez pendant 2 minutes avec un oignon coupé en deux.
  • Très peu calorique (90% d’eau).
  • Contient beaucoup de vitamines (C, B, E).

Utilisation

Sa haute teneur en souffre le rend assez indigeste. Pour mieux le digérer il est préférable de le consommer cuit. Mais alors il perd une bonne partie de ses vitamines C.

De plus, cuit, il stimule plus la digestion. Cru par contre son intérêt est de lutter contre l’hypertension artériel et le cholestérol.

Il faut donc faire un choix entre la digestion et sa fonction médicinale.

Arrêtez de pleurer

Les substances soufrées contenues dans l’oignon sont à l’origine de son odeur et des larmes qu’il vous arrache lors de l’épluchage.

Pour éviter de pleurer en épluchant un oignon, placez-le préalablement au réfrigérateur, ce qui va réduire la volatilité de la substance irritante. Vous pouvez également l’éplucher sous l’eau ce qui va dissoudre en partie les composants volatiles.

Et l’haleine ?

Pour lutter contre la mauvaise haleine après avoir consommer des oignons crus, mastiquez quelques brins de persil, de la menthe ou deux grains de café.

Vincent.

La plupart de ces précieuses informations sont tirées du livre « Ces aliments qui nous soignent» de Philippe Sionneau et Josette Chapellet. Editions Guy Trédaniel.

La banane

Sa saveur est douce et sa nature froide.

Tout d’abord, sachez que le bananier n’est pas un arbre mais une herbe, son tronc étant constitué de feuilles enroulées. C’est même la plus grande herbe du monde puisqu’elle peut atteindre jusqu’à 15m de hauteur !

Ces petites considérations botanistes faites, voyons quelles sont les principales (et nombreuses) propriétés nutritionnelles de la banane.

  • C’est un laxatif et anti-inflammatoire des voies intestinales basses car très riche en fibres. Très bon pour la constipation donc.
  • C’est un anti-toussif.
  • Elle est hydratante et désaltérante.
  • Elle aurait une action apaisante dans les ulcères gastriques de l’estomac.
  • Elle est réputée pour atténuer les méfaits d’un excès d’alcool.
  • Comme elle n’est pas acide, elle ne gêne pas la digestion des céréales et des légumes et peut donc être consommée pendant les repas.
  • La banane est fort riche en sucres. Mais elle n’a pas l’inconvénient de faire grossir car elle est très pauvre en graisses.
  • Grande quantité de vitamines C, B et E.
  • Contient du tryptophane qui est une protéine que le corps convertit en sérotonine, un relaxant naturel !
  • Fort en potassium, excellent pour la concentration.
  • Riche en vitamine B, ce qui aide à détendre le système nerveux.
  • Très riche en fer.
  • Manger une banane en collation entre les repas stabilise le taux de sucre.
  • Selon des recherches notamment celle publiée par « The new England Journal of Médicine »  consommer  des bananes régulièrement diminuerait d’environ 40 %  le risque de crises cardiaques.
  • En cas de piqûre d’insecte, frottez la zone touchée avec l’intérieur de la pelure de banane et le gonflement ainsi que la démangeaison vont diminuer.

Vincent.

La plupart de ces précieuses informations sont tirées du livre « Ces aliments qui nous soignent» de Philippe Sionneau et Josette Chapellet. Editions Guy Trédaniel.

La carotte

Sa saveur est douce et sa nature neutre

Légume courant dans notre assiette, c’est le moins que l’on puisse dire ! Mais connaissez-vous les nombreuses propriétés nutritionnelles de la carotte ? En voici listées les principales.

  • Certains nutritionnistes chinois préconisent la carotte en cas d’anémie, de malnutrition.
  • La carotte est réputée pour donner une belle couleur de peau. Cela vient de sa haute teneur en carotène.
  • Selon une étude américaine, une consommation de 200g de carottes quotidiennement permettrait de diminuer le taux de cholestérol de 11%.
  • Le jus de carottes frais est un bon traitement contre la constipation.
  • C’est un des légumes les plus sucré (6,5 %) mais très pauvre en lipides (0,3 %).
  • Très riche en fibres végétales, donc facilite le transit intestinal.
  • La carotte est riche en vitamine A qui est essentielle pour la constitution de la cornée et de la rétine. C’est pourquoi on dit qu’elle est bonne pour la vue.

Utilisations

D’après la tradition en alimentation chinoise voici différentes façons de consommer la carotte.

  • Pour les troubles digestifs, il faut la consommer cuite.
  • Pour la constipation il faut la consommer en jus.
  • Pour la vue il faut la consommer sautée avec de l’huile.
  • Pour la toux, en jus avec des fruits.

Vincent.

La plupart de ces précieuses informations sont tirées du livre « Ces aliments qui nous soignent» de Philippe Sionneau et Josette Chapellet. Editions Guy Trédaniel.

Le chou

Sa saveur est douce et sa nature neutre.

Au moyen-âge, le chou était appelé « le médicament des pauvres » tant ses propriétés médicinales étaient nombreuses efficaces.

Légume automnale par excellence le chou de nos région, différent du chou chinois, possède toujours beaucoup de qualités nutritionnelles. En voici listées quelques-unes.

  • Il régularise les fonctions digestives.
  • Il calme les douleurs de l’estomac
  • C’est un anti-inflammatoire, antispasmodique et antalgique.
  • Le jus de chou donne d’excellents résultats pour les ulcères de l’estomac.
  • Son jus a également montré de bons résultats dans les douleurs biliaires.
  • Certains nutritionnistes chinois le préconise lors de cancers du tube digestif ainsi que pour le diabète.
  • Utilisé en cataplasme, c »est un remède connu en Chine en cas de brûlure ou de gelure.
  • Il est riche en eau (88%) et pauvre en lipides, glucides, protides, donc hypocalorique.
  • Il possède une haute teneur en vitamine C, E et A.
  • C’est ainsi un excellent anti-oxydant.
  • Cet effet anti-oxydant aide à diminuer les effets de l’alcool (le lendemain).

Utilisations

Pour être thérapeutique, le chou doit être consommé en soupe, jus ou bouilli. Jamais cru.

Le chou a l’inconvénient de favoriser les flatulences, du a son composant soufré.

En dehors de la soupe, le chou ne doit pas être cuit trop longtemps sous peine de perdre ses qualités nutritionnelles.

Notez que sa consommation en choucroute le rend plus digeste.

Précautions

Évitez de le consommer en cas de diarrhée ou d’ulcère hémorragique.

Bon appétit.

Vincent.

Le gingembre

Sa saveur est piquante et sa nature légèrement tiède.

Derrière cette drôle de racine difforme et difficile à manipuler se cache une plante aux nombreuses propriétés médicinales. En voici résumées quelques unes.

  • Il a la propriété de diminuer les vomissements. Peut-être utile si vous avez le mal des transports par exemple.
  • Il dissipe les mucosités.
  • C’est un antioxydant aidant le foie à éliminer les toxines.
  • C’est un anti-toxique, en cas d’intoxication alimentaire.
  • Il stimule l’appétit.
  • C’est un remède utilisé pour déboucher les sinus.
  • C’est également un remède efficace en cas de gaz intestinaux.
  • Atténue les crampes abdominales.
  • Possède également des propriétés anti-inflammatoires.
  • Enfin, le gingembre est reconnu pour ses effets aphrodisiaques.

Le gingembre peut être consommé par tous et à n’importe quel moment de la journée puisqu’il ne provoque pas de somnolence.

Vincent.